Sujets Master 2 – 2019-2020

Géométrie et dynamique des dépôts fluvio-glaciaires au front des moraines LGMdu Lobe Lyonnais

Encadrement : JF Buoncristiani (Univ. Bourgogne), C Crouzet R. Vassallo (Univ Chambery), H Tissout (BRGM)

DSCF3838

Objectif et problématique : Sur le versant français des Alpes, les données de reconstitution du LGM sont anciennes et très fragmentaires et les méthodes de datations montrent des âges très différents (synthèse in Schoeneich, 1998) allant de 18 à 60 ka. Avant d’envisager sur ce versant des Alpes, un schéma de diachronisme différent du LGM global, impliquant alors des modifications de circulation atmosphérique globale, il est indispensable de mettre en œuvre de nouvelles études paléogéographiques et géochronologiques des glaciers alpins sur le lobe lyonnais, en utilisant des méthodes modernes et robustes. Les objectifs de ce travail de master visent à revoir avec des méthodes récentes (SIG, MNT et sédimentologie) le cadre paléogéographique des différentes extensions des glaciers alpins sur le lobe lyonnais, afin de définir, par une approche sédimentologique, l’architecture des corps sédimentaires. Puis nous proposons d’établir un cadre chronologique fiable basé sur des méthodes modernes de datations (datations cosmogéniques 10Be et 26Al) jusqu’alors non utilisées sur le secteur d’étude. Le zone d’étude retenue pour ce projet est localisée sur la marge nord du lobe lyonnais ou plusieurs stades d’extension glaciaires ont déjà été définis (Mandier, 2003). Dans cette région, après plusieurs reconnaissances et études de terrains, nous avons identifié l’existence de plusieurs exploitations de granulats montrant des affleurements remarquables (Pizay et Lagnieu).

Description des travaux envisagés et résultats attendus :

  • À partir des MNT à haute résolution spatiale sur la zone d’étude (RGE Alti IGN, lidar 1m et 5m) une nouvelle cartographie sur SIG croisant les informations géologiques et géomorphologique sera réalisée. Cette approche permettra de réaliser des cartes événementielles, à haute résolution temporelle, montrant les structures correspondant aux dépôts glaciaires ou fluvio-glaciaires et les morphologies d’érosion, durant le maximum d’extension du LGM et les différentes phases de retrait.
  • À partir des affleurements déjà reconnus, nous allons définir un modèle de facies de marge pro-glaciaire intégrant le faciès des différents corps sédimentaires (pétrographie, granulométrie, figures sédimentaires, morphométrie des clastes). Ce modèle « terrain » permettra de déterminer un nouveau cadre d’interprétation des forages disponibles (donnée BSS) sur la zone d’étude. Puis, sur deux secteurs cibles (Figure 1B) et choisis en fonction de la densité et de la qualité des forages disponibles, un modèle géologique 3D des dépôts quaternaires sera proposé. Pour chaque secteur, nous déterminerons un modèle géologique 3D stratigraphique et lithologique, permettant également ainsi de mieux comprendre la continuité et l’hétérogénéité des corps sédimentaires, qui pour certains sont des réservoirs hydrologiques quaternaires.

Livrables :

  • Rendu base de données RGF : un SIG (au 1/50 000ème) composé de cartes évènementielles des formations quaternaires montrant les structures de dépôts et d’érosion glaciaires.
  • Rendu base de données RGF : Les coupes qui seront levées dans les carrières seront géoréférencées et constitueront une base de données faciès intégrable à la BSS. Le rendu numérique permettra également une réinterprétation en faciès et génétique des données BSS sur les deux secteurs d’études correspondant aux modèles géologiques 3D.
Publicités