Revue de Presse : Le mont blanc prend de l’altitude

Revue de presse des articles publiés dans différents médias internationaux suite à la publication de notre article : The Bossons glacier protects Europe’s summit from erosion, dans la revue EPSL.

nature_logo

blq-blocks_grey_alpha

actualite-news-environnement

rai

logo

BP

INSU

JSL

the conservation

Sans titre

Sans titre

logo

2286545015

EJU.tv

logo-tech

El Comercio Peru

logo india

logo

logo ps

Publicités

Récupération des données post-hivernales

Début mars, la récupération des données du data-logger de la station des Bossons a pu être effectuée correctement. Après un hivernage de 5 mois (Octobre 2011 à Mars 2012) dans des conditions extrêmes, il fonctionne parfaitement.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La fonte des glaciers modifie t-elle l’altitude du Mont-Blanc ?

Dans le cadre d’un programme de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), des chercheurs des laboratoires Biogéosciences de Dijon et ISTerre de Grenoble sont entrain d’étudier les relations entre la fonte des glaciers, les vitesses d’écoulements du glacier et les vitesses d’érosion du Mont-Blanc afin de comprendre pourquoi le Mont-Blanc fait 4807 m.

Le Mont-Blanc protégé de l'érosion par les glaciers
Le communiqué  de Presse ici

Nouveau monitoring sur le glacier des Bossons

Le 18 Mai 2011

Pour la première fois dans les Alpes et dans le cadre du programme de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR ERD-ALPS) en cours dans le massif du Mont-Blanc, nous avons mis en place un monitoring complet du glacier des Bossons. Ainsi, nous avons effectués l’installation d’un GPS différentiel dans la glace et d’un corner réflecteur radar, afin de mesurer les vitesses d’écoulement du glacier des Bossons. Puis une série de capteurs permettant d’enregistrer les débits et les paramètres physico-chimiques des eaux de fontes a été disposé sur le torrent de la Creusette.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cette étude a pour but d’analyser les relations entre la fonte des glaciers, les vitesses d’écoulements du glacier et les vitesses d’érosion du Mont-Blanc afin de comprendre la topographie des Alpes.