Exposition Photo

Exposition de deux de mes photos dans le cadre de l’exposition photo « Impacts Homme-Nature » présentée sur les grilles du jardin Darcy en plein centre ville de Dijon, jusqu’au 23 novembre 2018.

Les témoins des glaciations anciennes au Marocexposition DARCY-001 copie

Dans l’Anti Atlas (sud du Maroc) on observe des grandes surfaces montrant des cannelures, ces structures correspondent aux traces laissées par les glaciers qui recouvraient la Terre il y a 440 millions d’année. Ce travail a été réalisé dans le cadre du projet ANR SEQSTRAT ICEvisant à mieux comprendre l’histoire de cette grande glaciation Ordovicienne et à définir les facteurs permettant à la Terre de basculer dans une grande période glaciaire appelé « Ice-House ».

Mesure de la vitesse de croissance du relief dans le massif du Mont-Blanc exposition DARCY-002 copie

Dans le massif du Mont-Blanc, nous avons calculé l’altitude du plus haut sommet rocheux, le Mont-Blanc de Courmayeur, grâce à un GPS différentiel fixé sur le rocher durant 36 heures. Une prochaine mesure sera réalisée en 2020 afin de déterminer précisément la vitesse de croissance du sommet du Mont-Blanc de Courmayeur. Cette expérience a été réalisé dans le cadre du projet ANR VIP-MONT BLANC ayant permis de comprendre l’impact des glaciers sur le l’évolution de l’altitude du sommet du Mont-Blanc.

Publicités

Publication : Climate of the Past

Premiers résultats des modélisations climatiques sur la glaciation Ordovicienne. En collaboration avec le CEA et l’IPGP

climate past

Abstract. The Ordovician is a particular Period during Earth History highlighted by abundant evidence for continental-size polar ice-sheets. Modelling studies published so far require a sharp CO2 drawdown to initiate this glaciation. They mostly used non-dynamic slab mixed-layer ocean models. Here, we use a general circulation model with coupled components for ocean, atmosphere and sea ice to examine the response of Ordovician climate to changes in CO2 and paleogeography. We conduct experiments for a wide range of CO2 (from 16 to 2 times the preindustrial atmospheric CO2 level (PAL)) and for two continental configurations (at 470 Ma and at 450 Ma) mimicking the Middle and the Late Ordovician conditions. We find that the temperature–CO2 relationship is highly non-linear when ocean dynamics is taken into account. Two climatic modes are simulated as radiative forcing decreases. For high CO2 concentrations (≥ 12 PAL at 470 Ma and ≥ 8 PAL at 450 Ma), a relative hot climate with no sea ice characterises the warm mode. When CO2 is decreased to 8 PAL and 6 PAL at 470 and 450 Ma, a tipping-point is crossed and climate abruptly enters a runaway icehouse leading to a cold mode marked by the extension of the sea ice cover down to the mid-latitudes. At 450 Ma, the transition from the warm to the cold mode is reached for a decrease in atmospheric CO2from 8 to 6 PAL and induces a ~ 9 °C global cooling. We show that the tipping-point is due to the existence of a quasi-oceanic Northern Hemisphere, which in turn induces a minimum in oceanic heat transport located around 40° N. The peculiar shape of the oceanic heat transport in the Northern Hemisphere explains the potential existence of the warm and of the cold climatic modes. This major climatic instability potentially brings a new explanation to the sudden Late Ordovician Hirnantian glacial pulse that does not require any large CO2drawdown.

Pohl, A., Donnadieu, Y., Le Hir, G., Buoncristiani, J.-F., and Vennin, E. 2014. Effect of the Ordovician paleogeography on the (in)stability of the climate, Clim. Past Discuss., 10, 2767-2804, doi:10.5194/cpd-10-2767-2014

Field trip au Maroc 2014 – projet ANR SeqStrat-Ice

Février 2014, une mission de terrain dans le sud du Maroc a été organisée dans le cadre du projet de recherche SeqStrat-Ice: « Les glaciations du passé: leçons pour un modèle de stratigraphie séquentielle dédié aux systèmes glaciaires ». Réunissant 19 chercheurs ce fieldtrip avait pour objectif d’établir in situ une synthèse des premiers résultats du projet.

Financé par l’ANR (2012-2016) le projet ANR SeqStrat-Ice est un consortium de recherche entre 4 Unités de recherche académique (l’Institut de Physique du Globe de Strasbourg; Biogéosciences, Dijon; Géosystèmes, Lille, l’université d’El Jadida) et  l’IFP-Energies Nouvelles. Ce projet est réalisé en étroite collaboration avec l’université Chouaib Doukkali d’El Jadida (partenariat avec Mohamed El Houicha) .