Radio : Le Mont-Blanc prend de la hauteur!

3510355.imageInvité dans l’émission CQFD de Lucile Solari et Stéphane Gabioud sur RTS suisse, la première

Le Mont-Blanc prend de la hauteur!

A raison d’un millimètre par an, le Mont-Blanc ne finit pas de s’élever! Bien que le phénomène soit encore mal compris, des chercheurs français ont mis en évidence le rôle de l’érosion et de la glace froide qui protège le sommet du « toit de l’Europe »

Retrouver l’émission ici

Film : OBJECTIF MONT BLANC

OBJECTIF MONT BLANC – Sur les traces d’un géant

GPS au mont blanc-18Participation au film et conseiller scientifique

Synopsis :

À cheval sur la France, l’Italie et la Suisse, le massif du Mont Blanc s’est formé il y a 240 millions d’années. Grand comme quatre fois Paris, il s’étend sur 400 km2. Son sommet, le plus haut d’Europe occidentale, culmine à 4 810 mètres. Trois scientifiques entament son ascension : Martine Rebetez, climatologue suisse, Étienne Klein, philosophe et physicien au Commissariat à l’énergie atomique, et Jacques-Marie Bardintzeff, géologue et volcanologue. Progressant en deux cordées, ils sont accompagnés par Jean-Franck Charlet et François-Régis Thévenet, guides de haute montagne, ainsi que par le physiologiste Hugo Nespoulet.

Voyage aux origines de la Terre

Leur aventure commence par deux jours d’acclimatation à la haute montagne : l’altitude met en effet les organismes à rude épreuve. Périlleuse, l’ascension va mener certains d’entre eux de la mer de Glace jusqu’au sommet du mont Blanc. Au fil de leur éprouvante course, entre rocailles lunaires et crêtes immaculées, l’histoire de la formation du massif et son évolution se révèlent grâce aux éclairages de spécialistes intervenant dans des disciplines aussi variées que la géologie, la paléontologie, la géomorphologie, la glaciologie, la géophysique, la botanique et l’écologie. Ces scientifiques ne cachent pas leurs inquiétudes. Le réchauffement climatique fragilise l’ensemble des écosystèmes du massif. Au cours du XXe siècle, la température moyenne y a augmenté de 1,5 °C, soit trois fois plus qu’à l’échelle planétaire. Si elle augmentait de 3 °C, la surface englacée des Alpes pourrait diminuer de 80 %…

Diffusion sur Arte du film le samedi 04 juillet à 20h45 (94 min)

Ecole de Terrain L3 Sciences de la Terre Avril 2015

Ecole de terrain de fin d’année pour les Licences 3eme année en sciences de la Terre de l’Université de Dijon (Morvan-Jura-Mont-Blanc). Au programme : études géomorphologiques, environnementales, sédimentologiques et tectoniques.

 

Mont blanc : A quelle vitesse s’élève le sommet ?

Chamonix / Mont-Blanc/20 Juin 2014.

Jean-Francois Buoncristiani (Université de Bourgone-CNRS Biogéosciences) et Jean-Louis Mugnier (CNRS IsTERRE Grenoble) ont installés la première mesure GPS sur les rochers qui affleurement sous le sommet du Mont-Blanc. Cette première mesure, effectuée sur les rochers situés une cinquantaine de mètre sous le sommet du Mont-Blanc permettra de connaître la vitesse à laquelle le mont-blanc s’élève. Ce point devra être a nouveau mesuré dans plusieurs années afin de connaître le déplacement du sommet, les mouvements recherché étant de l’ordre du millimètre.

Revue de Presse : Le mont blanc prend de l’altitude

Revue de presse des articles publiés dans différents médias internationaux suite à la publication de notre article : The Bossons glacier protects Europe’s summit from erosion, dans la revue EPSL.

nature_logo

blq-blocks_grey_alpha

actualite-news-environnement

rai

logo

BP

INSU

JSL

the conservation

Sans titre

Sans titre

logo

2286545015

EJU.tv

logo-tech

El Comercio Peru

logo india

logo

logo ps

Mission de terrain à Chamonix

Mission de terrain à Chamonix : étude des  flux sédimentaires à l’embouchure du torrent de la Crosette, sur le glacier des Bossons.

Mission Chamonix Juillet 2012

  • Maintenance des stations mesurant le déplacements par GPS situées sur le glacier d’Argentière et le glacier des Bossons; et de la station mesurant sur le torrent des Bossons : la turbidité, la températures, la conductivité et le débits. Les premiers résultats montrent  une fonte du glacier des Bossons plus importante (10 cm/jour) qu’en 2011 (8,6 cm /jour). Conséquence : une déstabilisation importante des stations GPS mesurant les déplacements des glaciers.
  • Préparation d’un seuil sur le torrent de la Creusette pour la mise en place d’une nouvelle station devant le glacier des Bossons.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rupture de la langue du glacier des Bossons.

Au front du glacier des Bossons nous observons depuis quelques années un recul rapide. Cette diminution va encore s’accentuer, car le 02 aout 2011, la langue vient de se casser, reculant très rapidement, et laissant ainsi une grande quantité de glace morte qui va fondre progressivement.

Le front du glacier des Bossons 2006-2011

La fonte des glaciers modifie t-elle l’altitude du Mont-Blanc ?

Dans le cadre d’un programme de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR), des chercheurs des laboratoires Biogéosciences de Dijon et ISTerre de Grenoble sont entrain d’étudier les relations entre la fonte des glaciers, les vitesses d’écoulements du glacier et les vitesses d’érosion du Mont-Blanc afin de comprendre pourquoi le Mont-Blanc fait 4807 m.

Le Mont-Blanc protégé de l'érosion par les glaciers
Le communiqué  de Presse ici

Nouveau monitoring sur le glacier des Bossons

Le 18 Mai 2011

Pour la première fois dans les Alpes et dans le cadre du programme de l’Agence Nationale de la Recherche (ANR ERD-ALPS) en cours dans le massif du Mont-Blanc, nous avons mis en place un monitoring complet du glacier des Bossons. Ainsi, nous avons effectués l’installation d’un GPS différentiel dans la glace et d’un corner réflecteur radar, afin de mesurer les vitesses d’écoulement du glacier des Bossons. Puis une série de capteurs permettant d’enregistrer les débits et les paramètres physico-chimiques des eaux de fontes a été disposé sur le torrent de la Creusette.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Cette étude a pour but d’analyser les relations entre la fonte des glaciers, les vitesses d’écoulements du glacier et les vitesses d’érosion du Mont-Blanc afin de comprendre la topographie des Alpes.